Sporting Cyclo Manissieux


Aller au contenu

24 H INSA 2015

RESULTATS > Ultra distance

24 Heures de l'INSA

Samedi 23 - Dimanche 24 Mai 2015

Equipe du SC Manissieux:


Dominique Briand
Jean-Paul Bouvard
Sébastien Arthaud

Les vainqueurs: Saint Vulbas Vélo Sport (844,8 km, 35.2 km/h)
SC Manissieux: 2ème avec 835.2 km (34,8 km/h)


CR de Sébastien:

Un week-end sans pluie s'annonce, tant mieux. Pour 2 raisons: la première, pas de risques accrus de chutes dans les multiples virages serrés du circuit, et la seconde, ne pas avoir à rouler mouillé et risquer l'hypothermie et dépenser des calories inutiles. Un bon vent du nord qui ne nous lâchera pas de toute la course et que nous aurons en grande partie défavorable sur le circuit.
Une fois installés, nous prenons un grand moment de détente, au calme, avant que la fête (ou la tempête) ne commence...
Le planning des relais prévu est le même que celui que nous avions établi l'année dernière: des relais de 30 min, puis 1h, puis 1h30 la nuit, puis 1h au petit matin et terminer sur 30 min. La physionomie de la course en décidera autrement.
Durant l'échauffement, je scrute les coureurs, et repère assez vite, de part leur allure, ceux que je devrai surveiller.A 14h le départ est donné, j'ouvre le bal. Comme prévu, quelques escarmouches, moi y compris. Au 4ème tour, St-Vulbas attaque dès que je suis revenu après une tentative de sortie. J'en remets une couche pour aller le chercher. Nous faisons le trou et sommes vite rejoints par le VC Roannais. Dans le mille, je les avais repérés ces deux-là !!! Tout de suite, le trou est fait et nous creusons l'écart. On se regarde, on a compris tous les 3. Je laisse mon relais à Dominique, puis à Jean-Paul qui assureront dans l'échappée.


A ma reprise de relais, l'avance est élevée, puis nous mettons un tour à tout le monde. Dans ma tête, la boîte (podium) est faite... Néanmoins, le rythme de l'échappée reste élevé, ces deux équipes semblent (sont) fortes... Nous décidons de maintenir les relais à 30 min de sorte de pouvoir rester sur de fortes intensités sans risquer de faiblirà un moment ou un autre, ça va péter... La nuit tombée, St-Vulbas porte une attaque et fait le trou, que nous ne pourrons pas combler. Lors de mon relais, je suis seul à ce moment-là (Roanne nous avait semés entre-temps), je pense rouler à bon rythme, mais vois surgir derrière moi une lumière. J'ai vite compris que c'est St-Vulbas et que nous venons de prendre un tour. Nous apprenons ensuite le déclassement de Roanne pour non respect du règlement (le gars roulait sans lumière...). Vers minuit, JP a des soucis, grosse baisse de régime, les relais semblent trop proches et ne lui permettent pas de récupérer comme il le souhaite et il ne peut plus s'alimenter correctement. Avec Dominique, nous décidons de prendre des relais d'une heure et laisser JP à 30 minutes afin qu'il puisse mieux récupérer et finir avec nous. Nous finirons comme nous avons commencé : ensemble !!! Durant la nuit, nous prenons un second tour par St-Vubas. A ce moment-là, il n'y a qu'une chose à faire, nous maintenir en seconde position. La fin de la nuit semble un peu longue. Cette année, pas d'équipe une jambe au-dessus des autres derrière laquelle nous accrocher quand elle nous double. Les relais sont donc beaucoup plus fréquents, avec ce vent... Au petit matin, St-Vulbas ne roule plus et cela m'agace quelque peu. Certes, l'équipe contrôle son avance, les jeux sont faits, mais je fais comprendre au coureur que ce n'est pas très élégant de rester dans les roues alors qu'il reste 7h de course... J'en parle à Dominique. Que faire ? Rester dans les roues m'est impensable. Nous gardons notre cap, sans nous soucier du premier, ni du 3ème qui est loin derrière. On roule aux sensations, au plaisir, au feeling jusqu'à la fin. JP a repris du poil de la bête, ça me fait plaisir pour lui, pour nous, nous allons boucler cette aventure ensemble et il va pouvoir savourer sa 2ème place. J'ai la chance de faire le dernier relais. St-Vulbas nous avait distancé quelques km plus tôt sur une accélération, mais je lâche ce qu'il me reste, pas question de finir en roue libre. Je mets un point d'honneur à revenir sur St-Vulbas pour finir à ses côtés (avec 2 tours de retard). Après une bonne poignée de main et les félicitations qui s'imposent, St-Vulbas lève les bras en passant la ligne, moi derrière en l'applaudissant (intérieurement, j'applaudis également mes 2 copains d'aventure !!!). Cette équipe mérite sa victoire, sans la moindre contestation et nous notre seconde place. L'arrivée est aussi un soulagement car je suis épuisé. Au final, j'ai réalisé 338 km en 9h30 pour une moyenne de 35,6 km/h. Ces chiffres ne sont qu'un détail à côté de ce que j'ai vécu avec Jean-Paul et Dominique. Nous sommes restés soudés et solidaires. Aucun problème technique à déplorer (mise à part Domi qui a fait la course avec 2 pédales différentes ...). Nous avons su gérer les aléas de la course.
Merci à mes 2 camarades, sans qui, ces moments de joie, d'euphorie et de galère n'auraient pas été possible.
Encore de bons souvenirs dans la musette.
Je ressens une grande fierté d'avoir montré notre maillot et contribué à le hisser sur la seconde marche du podium.

Merci à nos supporters venus nous encourager. Notre disponibilité fut restreinte du fait de nous devions récupérer au mieux entre nos relais, mais votre présence fut appréciée à sa juste valeur.

L'échappée est partie

Dominique creuse durant son relais.

Seb à l'économie d'énergie

Et supporte ses copains

Dominique termine son premier relai

JP dans l'échappée et creuse encore

CR de Jean-Paul:

L'équipe de Manissieux des 24 heures de l'INSA 2015 est composée de Dominique B, Sébastien A. et Jean-Paul B.
Installation des tentes sur le campus de la Doua dans la prairie non fauchée. On commence à faire les foins avant d'installer le campement !
Sébastien et Dominique participent au premier relais de 30 minutes avec une certaine difficulté mais sans lâcher. Ils semblent tous les deux très en forme et bien affûtés et prêts à répondre du tac au tac à toute attaque !
Dès le 3ème tour (entre la 8ème et la 12ème minute) de mon 1er relais, je m'affole un peu en croyant ne pas tenir le coup, le cardio n'est pas au maximum, mais les cuisses brûlent. Je dis donc à Sébastien d'anticiper et de me remplacer dès la 25ème minute. Il roule alors 35 minutes pour compenser.
Ensuite, c'est la période grisante et euphorique, nous tenons tous nos 30 minutes, et peu à peu le classement se dessine.
Nous ne sommes plus que 3 équipes en tête - St Vulbas, Roanne et Manissieux - et nous prenons des tours aux suivants… Nous avions prévu deux relais de 30 minutes chacun, puis 2 de 1 heure, puis 2 de 1 heure 30 pour la nuit. En fins stratèges, Sébastien et Dominique décident que nous continuerons des relais de 30 min. En effet, nous avons un doute sur le fait de pouvoir tenir 1 heure à ce rythme. St-Vulbas et Roanne attaquent à tour de rôle. Mais à chaque fois, on revient (Peut-être que Dominique et Sébastien attaquent aussi, mais pas moi !Prendre les relais réglementaires me suffit amplement!
Tout se passe bien jusqu'à environ 23h ou minuit. Là sur une attaque plus forte de St Vulbas, puis de Roanne, nous sommes obligés de lâcher prise.
Cette première période a été pour moi la plus motivante, la plus intense, mais aussi la plus stressante. Être au coude à coude pour la première place pendant près de 10 heures de course avec la crainte de lâcher sur les relances et les accélérations ou sur le moindre souci technique mais surtout la fierté de tenir tête et de rester en tête!
Ensuite, vient une période difficile pour moi, avec ce rythme infernal et le manque de récupération. Je crois que je me suis mal alimenté, ou que j'ai mangé trop sucré et en tout cas mal digéré, avec une boisson énergétique bue (à tort au ravitaillement Kiné lors d'un massage). Je repars dans la nuit mal hydraté, sans force et sans l'envie ni de boire ni de manger. Je signale mon problème à Seb et Dom qui décident de passer leurs relais à 1 heure tandis que je resterai à 30 minutes. C'est ce que nous maintenons jusqu'à la fin car je ne reprends des forces que petit à petit.
Au petit jour, St-Vulbas a réussi à nous prendre seulement 2 tours tandis que Roanne, devant nous sur le papier est éliminé pour ne pas avoir respecté les consignes d'éclairage des vélos pendant la nuit. Consignes marquées sur tous les papiers d'inscription et rappelées a priori plusieurs fois oralement par les organisateurs. Nous ne savons pas si ce défaut d'éclairage est un simple oubli ou une volonté délibérée.
En effet, un défaut d'éclairage avant est dangereux car il y a beaucoup de piétons qui traversent la piste (les spectateurs, les organisateurs et l'encadrement des équipes).
Le défaut d'éclairage arrière nuit directement au coureur suivant dans le peloton, en effet il est difficile d'évaluer la distance et le moment du freinage dans la nuit. Ceci provoquerait que le coureur immédiatement dans le sillage d'un non éclairé hésite à s'approcher trop près de peur de chuter lors des multiples ralentissements (8 par tour sauf incidents) et en conséquence n'est pas abrité. Comme la règle non écrite, mais appliquée unanimement, est de rouler au maximum en peloton de niveau pour profiter de l'aspiration avant de prendre son propre relais, la question est posée.
Heureusement, nous n'avons pas eu de problème d'éclairage, nous avions des lampes en quantité suffisante en cas de problème.
Lors de la dernière période, le soleil, la chaleur, l'envie et le moral sont revenus et nous confirmons notre seconde place. Belle ambiance musicale à la fin, et l'honneur est laissé à Sébastien de sprinter à l'arrivée.

Je suis très fier de mes 2 partenaires qui ont vraiment assurés un excellent rythme et ont compensé mes faiblesses dans la seconde partie de l'épreuve.
Après une superbe 3ème place en 2014 avec Sébastien A et Thierry MA, c'est une deuxième place en 2015 avec Dominique B et Sébastien A. Bravo le SC Manissieux

Merci pour les visites, les encouragements écrits ou oraux et les félicitations.



CR de Dominique:

J'ai vécu un WE formidable en compagnie de Jean-Paul et de Sébastien. Au-delà de l'aspect sportif qui est une réussite, il y a toutes ces heures d'amitié partagées dans une concorde parfaite qu'aucune divergence de stratégie n'est venue perturber. Nous avons fait preuve d'une solidarité sans faille et pour moi ce qui est obtenu de façon collective a plus de valeur que ce qui est obtenu de façon individuelle.






Retourner au contenu | Retourner au menu