Sporting Cyclo Manissieux


Aller au contenu

LYON MONT-BLANC LYON 2016

Lyon Mont Blanc – 69ème Édition – Bourgoin – St-Nicolas la Chapelle –

La légende
Les plus anciens ont gonflé la légende de Lyon Mont-Banc, soit disant disputé par des météos improbables, sous 2 m de neige. On s’est dit«toujours, on en a vu d’autres, on va bien y arriver».
Et bien, on a quand même un peu pensé aux anciens en se disant qu’on avait de la chance que l’édition 2016 ne soit qu’en rando, et pas en course, que le trajet ne soit que de 400 km et non pas de 540, et que la météo soit assez sympa, parce que sous la pluie, ce doit être la misère … On a aussi apprécié de rester groupés la plupart du temps pour les petits pépins, ou simplement rester à l’abri dans les parties plates et se motiver pour les ascensions.
Pèle-mêle, une belle photo au départ de Dominique, Roger, Christophe, Patrick, Sébastien, Raphaël et Jean-Paul. Thierry M, qui a tout misé sur l’édition 2017, est venu renforcer les relais jusqu’à Chambéry.
Les plus costauds ou les plus volontaires étant en tête pour faire la piste, et dans les montées déchaînement instantané des grimpeurs – les rôles étant assurés à tour de rôle ou quelquefois par les mêmes – en tout cas, je pense que les 7 maillots SC Manissieux avaient de l’allure. Et dans ces moments-là, fiers de faire partie de ce club. Ceux qui ont essayé de s’accrocher au train bleu ont tenu volontiers quelques km.
Le Col du Banchet 590 m et Col de l’Épine à 987 m avalés facilement.


Arrivés au km 170, au pied de l’Arpettaz, nous avons bien mesuré la chance de prendre notre temps au ravito avant ce fameux col. Notre président venait de nous mettre en ligne pendant 20 km, pas moyen de prendre un relais…
Le col de L’Arpettaz à 1581 m nous a bien calmés. Heureusement une grande partie à l’ombre.
Prudence dans la descente et regroupement en bas car la différence de température nous a fait hésiter à trop traîner au sommet.
Ce qui devait être une formalité pour rejoindre St-Nicolas de la Chapelle ne l’a pas été. En effet, l’hébergement déniché juste sous les remontées mécaniques se situait bien au-dessus du village.
Arrivé juste 2 minutes avant l’averseje me suis félicité d’avoir fait avancer le départ à 7h30 au lieu de 8 heures

Arrivés à 16h30, nous avons bien récupéré, sagement allongés sans trop abuser de la bière avant le repas. Une pensée aux audax partis à 6h30 et arrivés juste à 20h sous la pluie pour le repas, sans avoir pris la douche pour certains…

Dimanche, c’est la grande messe
Pour ajouter un petit challenge, le départ de 7h15 devait nous permettre d’être à Meythet entre 9h30 et 9h40 pour dire bonjour à ma famille et à mon neveu qui faisait sa communion. 30 de moyenne, oui cool ça va passer. Seulement en passant par le col des Aravis 1486m et tous les petits talus cyclo touristiques à la suite, négligeables sur le profil papier, mais bien réels debout sur les pédales. Notamment à Dingy St Clair où Roger et moi avons eu une pensée émue lorsque nous sommes passés devant l’église où nous avions accompagné Patrick Mainguet (adhérent du club) au départ de sa dernière randonnée au dénivelé infini. (Dominique)
Dans ce retour ce sera une histoire d’église, puisqu’après un sprint intermédiaire nous arrivons juste sur le parvis de celle de Meythet avant que les fidèles ne rentrent à l’intérieur de celle-ci.
Un petit ravito sympa de ma petite sœur a permis de me faire pardonner par mes collègues de ce départ bien assez sportif pour nos cuisses sollicitées la veille…
Ce détour nous a ajouté, bien ajouté 30 à 40 minutes pause comprise, et nous en avons déduit que c’est ce qui nous a sauvés de l’averse dans le petit «facile du Sapenay» dixit Roger (897 m). Les autres concurrents nous ont parlé d’orage avec de la grêle, en tout cas, la route était détrempée et il y avait une coulée de boue dans la descente.
Ensuite, route sèche et température chaude. Il suffisait de se ravitailler et de dérouler jusqu’à Bourgoin.
Arrivée avant 15h.

Félicitation au CT LYON pour l’organisation jugée impeccable par tous.

Les chiffres
Samedi 207 km D+ 3900 et 26 de moyenne
Dimanche 195 km (avec le détour) D+ 2400 et 29 de moyenne
Les potins
- Relais impeccables assurés en rapport avec nos capacités

- Dominique, en récupération de l’Autriche n’a pas disputé tous les sommets de cols, mais lorsqu’il voulait jouer, on ne s’en mêlait pas trop… Ses 2 potes rencontrés le dimanche matin en bas des Aravispas fâché de les voir s’échapper par l’avant sans que nos grimpeurs essaient de trop hausser l’allure.

- Sébastien qui a cassé un rayon au km 20 du premier jour, a fait les 2 jours avec sa roue en caoutchouc qui dodelinait, mention spéciale car il faisait comme s’il avait le même rendement, et la plupart du temps ça fonctionnait.

- Patrick, comme d’habitude généreux dans l’effort et qui a très bien terminé en assurant des relais jusqu’au bout.

- Roger toujours en tête ou dans le duo de tête au sommet des bosses. Lorsqu’il a emmêlé sa chaine en bas du «col facile» du Sapennay, tout en respirant à fond et à
l’insu de notre plein gré, on l’a laissé se débrouiller tout seul, pariant une caisse de champagne qu’il allait nous rattraper les doigts dans le nez. Pari perdu, la chaine était coincée, il a fait dernier exæquo de son col préféré – une première depuis que je le connaisPromis on recommencera plus jamais, jamais.

- Christophe, très professionnel dans tous les domaines, placement impeccable dans les relais et facile en côte.

- Raphaël, notre benjamin, nous a fait mal jusqu’au bout avec ses relais bien appuyés.

- Jean-Paul votre serviteur, content d’avoir participé à cette aventure et de s’être pas trop mal débrouillé dans certains cols. Cependant, lui qui aime bien la fin des parcours longs, surtout si c’est du plat, a quand même maudit ses potes du week-end d’avoir encore cette fraîcheur-là, le dimanche lors des relais, avec le vent de côté entre le km 170 et le km 180.

Félicitations à tous. Amicalement. JPB





Retourner au contenu | Retourner au menu