Sporting Cyclo Manissieux


Aller au contenu

Ultra 2015

RESULTATS > Ultra distance

PARIS-BREST-PARIS 2015


1230 km, 6000 participants


Philippe COTART boucle PBP en 59h45 (20.5 km/h)

Joël BERCET boucle PBP en 61h28 (20 km/h)
et en
complète autonomie !!!!





******************



Triathlon Iron Man d'Embrun

15 aout 2015

3.8 km de natation
188 km de vélo (avec col Izoard)
42.195 km de course à pied

1255 classés, 1er en 9h44


Jean-Yves CORONADO: 319ème en 13h09
Natation: 1h09
Vélo: 7h36
Marathon: 4h08

CR de Jean-Yves:

Pour la 4ème fois, j'ai décidé de m'inscrire au Triathlon Longue Distance d'Embrun qui se déroule le 15 août de chaque année.
Accompagné de ma femme, nous partons une semaine avant l'épreuve. Cela nous laisse le temps de prendre nos marques et de profiter du magnifique panorama qu'offre cette région.

Vendredi 14, veille de l'épreuve. Cette journée est consacrée au retrait du dossard et aux préparatifs liés à la course. C'est sous une pluie battante, prévue pour les 36 heures à venir, que j'entre dans le parc à vélo afin de déposer l'ensemble de mes affaires nécessaires à la course. Le compte à rebours a démarré.

Samedi 15, il est 2h00 du matin. 4H00 avant le départ, je décide d'aller courir 20mm.
A 5h00, je suis sur place prêt pour une journée particulière. Il fait froid mais le temps est sec contrairement à la veille. J'enfile ma combinaison néoprène et me présente vers la ligne de départ parmi le 1300 autres participants. 5h50, c'est le départ natation des féminines et handisports.

La tension monte. Il est 6h00, au signal c'est parti pour 3.8km de natation dans une eau à 20°.

Dans la nuit, guidé par des gyrophares qui nous indiquent la direction à suivre, je m'élance pour 2 tours du plan d'eau d'Embrun, excité par l'enjeu et par la journée que je vais vivre. Pendant 20 minutes la bagarre fait rage dans l'eau. Chacun d'entre nous doit se faire une place. L'image de "machine à laver" pour décrire les premières minutes de natation n'a jamais été aussi bien appropriée. Le reste de la partie natation sera plus calme. Je sors de l'eau en 1h09 . C'est un chrono moyen, j'estimais sortir plutôt en 1h05'.

La transition se passe sans encombre, le temps est gris. Je décide donc de me couvrir. Manches longues et coupe vent sont privilégiés pour les 188km et les 3800 D+ à venir. J'enfourche mon vélo.
L'entame à vélo débute par une grimpette de 10km à 6%. Le ton de la journée est donné, mais cela a le mérite de me réchauffer.......

La première partie du parcours vélo propose une première boucle sur les hauteurs d'Embrun en direction de CHORGES et SAVINES LE LAC. Il fait quand même frais et je ne regrette pas de m'être couvert. Les sensations sont là mais je décide de ne pas m’emballer, la route est encore longue.......
Je couvre les 60 premiers kilomètres à 28 Km de moyenne. A la hauteur de Guillestre, tout en restant concentré sur ma course, je tente d'apercevoir Michel MALVINOT qui passe ses vacances dans le coin. En vain......

Je continu mon chemin et me trouve maintenant dans le faux plat montant des gorges du GUIL. Cette portion permet de rejoindre le pied du col de l'Izoard. La pluie comme prévue s'annonce. J'enfile mon coupe vent au pied et me voilà parti. Jusqu'à ARVIEUX je grimpe les premiers kilomètres sur un bon tempo. Les 10 derniers kilomètres se feront au forceps. Sans raison apparente, je n'arrive plus a grimper en souplesse. Les jambes sont lourdes et devenues dures????? Sans pouvoir changer de rythme, à 11h35 je parvient au sommet après 01h14 d'ascension.
Pas vraiment satisfait, je bascule dans la descente, direction Briançon. Il pleut, la route est glissante, il me reste encore 88 bornes......
20 mm plus tard, à la sortie de briançon, nous empruntons la route des vignes qui ne présente aucune difficulté.

Il me reste 60 Km encore, après l'Argentière La Besse, direction Champcella et Le Palon la nouvelle difficulté du parcours.
C'est une bosse de 3 Km à 12% de moyenne avec une début d'ascension à 15%. J'adapte mon braquet pour ne pas rester scotché au bitume......Contrairement à l'Izoard, les jambes répondent mieux et je passe l'obstacle sans trop de dégâts .

Le retour sur Embrun est une succession de courtes descentes et montées. Embrun se rapproche.
Arrivé au centre ville, une dernière difficulté m'attend. La montée du Chalvet sur 6 Km à 6%. Les jambes deviennent de plus en plus dures. Musculairement je commence à être tétaniser par le froid et la pluie qui m'accompagne depuis 3 heures environ. Encore un petit effort et hop je bascule vers le plan d'eau. L'écurie est proche.......

14h50, J'arrive au parc à vélo avec 10 mm d'avance sur mes prévisions, c'est tout bon. Mais avant d'attaquer la course à pied, je sens que mes jambes et surtout les trapèzes sont durs comme du bois. Des masseurs sont à disposition pour ceux qui le souhaitent. Je serai bête de ne pas en profiter...Après cette pause relaxation, je démarre mon marathon avec comme objectif de finir en moins de 4h00.

La météo s'améliore, il ne pleut plus et le soleil fait son apparition. La température reste fraîche et mes jambes restent dures. Des crampes au niveau des abducteurs sont prêtes a me stopper à tout moment. Je boucle le 1er semi en 2h00.

Je poursuit mon "aventure" en gérant cet état jusqu'au kilomètre 36km.
Au delà je n'arrive plus à maitriser ces foutues crampes. Je vais alterner la marche, les étirements et la course durant 4 km. A cet instant , je sais que je n'atteindrai pas mon objectif de terminer en moins de 13h00, ce sera pour une prochaine fois......

Le dernier kilomètre. J'oublie mes douleurs et profite de l'instant. Je suis heureux d'être là; je prends le temps de remercier tous ceux qui m'accompagnent et tape dans les mains des spectateurs qui me tendent la leur main sur mon passage. Heureux tel un enfant je passe la ligne d'arrivée en 13h09'21". Record personnel battu de 15' par rapport à ma 1ere participation en 2007. C'est au moins ça de pris.

Après avoir récupérer mon maillot de finisher de l'EMBRUNMAN 2015, je rejoint directement l'espace massage. J'en avais bien besoin.......

Maintenant place à la récupération, et à la saison à venir que nous allons partager.




Retourner au contenu | Retourner au menu